Si on laisse le choix aux vaches entre une belle pâture bien grasse et une étable, elles se précipiteront immédiatement dans la belle pâture. Enfin, ça, c’est ce que je croyais. Mais la réalité est plus compliquée.

Les vaches sont gourmandes et un peu fainéantes, il faut bien le dire. Si elles ont le choix entre passer la journée à brouter ou manger ce qu’on leur met à l’auge, beaucoup préféreront manger à l’auge, surtout si la nourriture y est plus appétente : maïs ou herbe ensilée, les vaches aiment beaucoup ce qui a fermenté. Comme dit souvent mon patron : « si on te laisse le choix entre des épinards bouillis ou du chocolat, tu ne prendras pas les épinards ! » Et c’est exactement la même chose pour les bovins, sauf qu’il est rare – mais ça existe, si si ! – qu’on complémente les vaches avec du cacao. Alors quand, après la traite, j’ouvre l’étable pour que les vaches retournent dehors, eh bien la plupart du temps, si elles n’ont pas fini de croûter le maïs, il ne se passe rien. Et c’est bien pire s’il pleut.

Imaginez que vous ayez le choix entre vous coucher dans un bon lit de paille fraîche ou aller dormir dans l’herbe mouillée : choisiriez-vous l’herbe mouillée ? Non, évidemment. Eh bien ça n’est pas différent pour les vaches. Donc, quand on ouvre l’étable sur un rideau de pluie, les bêtes vous regardent en coin, d’un air de dire :

« Non, mais tu rigoles, là ? C’est pas un temps à mettre un troupeau dehors ! »

Et si vous pensez que c’est plus simple l’été, sachez qu’au-delà de 24°C, les vaches sortent de leur température de confort. Et ça ne leur plaît pas. Alors elles préfèrent traîner la patte dans l’étable où il fait souvent plus frais. Et où il y a beaucoup moins de mouches.

En fait, il est bien plus facile de faire aller les vaches de la pâture à l’étable que l’inverse. Dans le premier cas, on ouvre la clôture, et elles se précipitent jusqu’aux cornadis dans l’étable. Dans le second cas, il faut pousser le troupeau dehors.

Mais alors, me direz-vous : les vaches sont mieux dedans, nul besoin de les mettre dehors ! Je ne dirais pas ça. Les vaches préfèrent être dedans par confort et fainéantise. Mais le confort et la fainéantise ne sont pas forcément ce qui fait prendre les meilleures décisions. La plupart des enfants préfèrent les nouilles aux légumes, mais tout le monde sait qu’on ne peut pas les laisser ne manger que des nouilles. Voilà pourquoi on ne leur demande pas leur avis et qu’on pousse le troupeau dehors et qu’on donne des légumes aux enfants, qu’ils le veuillent ou non.

Et puis si les vaches apprécient leurs deux heures d’étable matin et soir, quand vient le printemps et qu’elles retournent dehors pour la première fois après les mois d’hiver à l’abri, elles oublient confort et fainéantise et sont bien contentes de retourner brouter. D’ailleurs, il n’est pas rare durant l’hiver qu’elles montrent leur impatience en ouvrant grand l’étable : elles poussent la porte coulissante avec leur nez, et on comprend alors qu’elles ont vraiment envie de sortir. Ou de nous embêter, allez savoir. Heureusement, la porte coulissante n’est qu’une des deux fermetures, la seconde étant une barrière bloquée par un goupillon, et pour l’instant, aucune n’a encore compris comment enlever ledit goupillon.

Alors bien sûr que la place des vaches est dehors, mais il faut régulièrement le leur rappeler.