Il est fort probable qu’un jour prochain, une quelconque association animaliste qui aime les images choc sans recul découvrira la cage de contention et en fera des vidéos qui feront hurler des milliers de gens aussi bien intentionnés que mal informés.

Prenons donc les devants : voici une cage de contention avec une pauvre pauvre vache qu’on ne fait rien qu’à maltraiter, voyez plutôt.

photo San’Élevage – www.sanelevage.fr

Évidemment, les vaches n’apprécient pas particulièrement ces engins et il faut souvent ruser pour les y faire entrer. La ruse est d’ailleurs assez basique, en général, elle consiste en une simple friandise. Les éleveurs ont de la chance : les bovins sont des animaux gourmands. Mais pourquoi diantre mettre cette pauvre bête dans pareille position ? C’est fort simple : pour pratiquer une pédicure, quoi qu’en élevage on appelle ça un parage. Les bovins sont des ongulés, c’est à dire qu’ils marchent sur leurs ongles qu’on nomme plus communément par le mot sabot. Contrairement aux chevaux chez qui le sabot est en une seule pièce, le sabot de la vache est fendu. Et contrairement aux chevaux, les vaches ont beaucoup moins l’habitude qu’on leur tripote les pieds, si bien qu’elles se laissent beaucoup moins bien manipuler, or, il arrive qu’elles aient besoin de soins. Et c’est précisément pour ces cas là qu’on utilise une cage de contention avec une poulie qui permet de lui lever les pattes – l’une après l’autre évidemment. Ainsi, on peut procéder aux soins sans qu’elles se sauvent et sans qu’elles mettent leur pied dans le visage ou le thorax du soigneur.

Les problèmes de pied peuvent être de différentes nature et nécessiter plusieurs types d’interventions. Il peut s’agir d’un sabot cassé, d’un abcès, de dermatite, de panaris, de phlegmon … La liste des problèmes potentiels est longue et souvent, les soins nécessiteront une intervention humaine. Certaines vaches ont aussi les ongles qui poussent sans jamais s’user, et ça fini toujours par leur poser des problèmes pour marcher, alors on les immobilise pour tailler les sabots. C’est très impressionnant à voir, d’autant qu’on peut utiliser une disqueuse pour tailler le sabot, mais ça ne leur fait pas plus mal que pour nous quand on se coupe les ongles. Il peut aussi arriver qu’on leur pose des semelles provisoires le temps qu’une blessure cicatrise, qu’on leur mette un bandage ou qu’on se contente d’un bon nettoyage et d’une désinfection, mais dans tous les cas, il faut absolument immobiliser l’animal pour intervenir, y compris d’ailleurs pour sa propre sécurité : certains des outils permettant de les soigner sont coupants et mieux vaut que la vache reste immobile.

À première vue, ces cages semblent peu engageantes, pourtant, elles sont fabriquées en tenant compte d’un certain nombre d’éléments pour réduire au maximum le stress de l’animal. Vous ne trouverez par exemple pas de cage de contention aux parois pleines. En effet, la vache sera beaucoup moins stressée si elle peut voir ses congénères autour d’elle alors qu’un environnement complètement clos active le réflexe de fuite. On installe donc généralement ce dispositif non loin du troupeau. Je ne jurerai pas que les bêtes y passent le meilleur moment de leur vie, mais ça n’est pas non plus traumatisant au point qu’il deviendrait impossible de les y faire retourner ultérieurement.

Il arrive que ces cages soient utilisées pour d’autres types de soins, mais dans la majorité des cas, il s’agit vraiment de l’équivalent bovin du fauteuil d’un pédicure pour les humains.

Si l’on prend cette même image sans explication, si en plus il s’agit d’une vidéo avec une vache qui proteste – et certaines vaches savent protester fort bruyamment, ce qui ne veut pas dire qu’elles soient en souffrance – allez savoir quelles conclusions on peut en tirer sans connaître ce dispositif. Mais le jour où cela adviendra, vous saurez qu’il s’agit juste d’une séance de pédicure, et vous pourrez même vous en réjouir : un élevage où l’on prend soin des pieds des vaches est un élevage vigilant quand au bien-être des bêtes.